PRESENTATION

Le Centre socioculturel de Prélaz-Valency est l’un des 16 lieux d’animation de la Fondation pour l’animation socioculturelle lausannoise (FASL). Ce lieu a ouvert ses portes en septembre 2015. Toutefois, un espace d’animation existe dans le quartier depuis 2007.
Actuellement, trois animateur-trice-s y sont employé-e-s par la FASL. Ils-elles collaborent étroitement avec le comité de l’Association de Prélaz-Valency, composé d’habitant-e-s du quartier. Ces dernier-ère-s sont les « oreilles » du quartier et les responsables du centre par le biais d’une convention signée avec la FASL.
Les activités du Centre socioculturel se déploient dans trois espaces: dans les parcs et les places du quartier, à la Valencienne et au Centre.

L’équipe est composée actuellement de
• 3 animateur-trice-s socioculturel-elle-s se partageant 240 EPT
• 1 secrétaire comptable travaillant à 20 EPT
• 1 employée de maison à 25 EPT
• Des moniteur-trice-s sont engagé-e-s pour des activités régulières ou ponctuelles
• Des dizaines de bénévoles sans qui de nombreuses activités ne pourraient pas voir le jour.
• Un ou une stagiaire vient périodiquement compléter l’équipe
• Des intervenant-e-s sont parfois engagé-e-s pour mener des activités spécifiques

L’animation socioculturelle:
• Valorise les compétences sociales et favorise l’épanouissement personnel des habitant-e- s
• Favorise le vivre ensemble, la solidarité et les interactions entre générations et cultures
• Promeut l’exercice de la citoyenneté à l’échelle du quartier
• Participe à l’amélioration de l’environnement local, en multipliant les occasions d’agir collectivement
• Valorise la culture et la richesse de la diversité

Afin de réaliser ces objectifs, les animateur-trice-s socioculturel-elle-s, en appui avec de nombreux bénévoles, propose un programme d’activités comprenant des accueils libres ou sur inscription, des sorties, des fêtes, des spectacles, des camps, des forums, etc. avec un public pouvant aller de 0 à 99 ans.

Le rôle des animateur-trice-s socioculturel-elle-s est de favoriser l’émancipation des populations avec lesquelles ils-elles travaillent, tout en restant en retrait au niveau de la prise de décision de ces dernier-ère-s. Ceci afin de permettre leur libre expression, ainsi que de valoriser, d’élargir et de renforcer leurs compétences sociales.

Il s’agit d’un métier protéiforme demandant de composer avec une large palette de compétences allant de l’animation de groupes, à la gestion administrative, en passant par la gestion de projet et la communication.